p1
Né à Marmagne (Cher) le 1er septembre 1898, fils du lieutenant-colonel Jehan de Lagarde,
Hubert de Lagarde fait ses études secondaires à Sainte Marie de Bourges.

 
cor Engagé volontaire au 1er régiment d'artillerie de campagne de Bourges en 1916.
Il combat sur les fronts de Lorraine, Champagne, Saint-Mihiel, Verdun, et Argonne
et passe au 83ème RA, puis au 247ème RAC. Cité à l'ordre du régiment en janvier et octobre 1918.
 
Saint-cyrien, promotion de la "Devise du Drapeau" (1920-1922), il sert au 31 ème BCP,
au 522ème régiment de chars de combat, au 1er BCP
et en Syrie au titre du Service Géographique des Armées
 

En 1930, il quitte l'armée pour « défendre sa cause du dehors ».
Journaliste il publie de nombreux articles sur la motorisation, la menace allemande,
la politique de Briand, ... .
Écrivain il publie deux romans « Le Soupçon » (1934) et « L'Aventure » (1935),
ainsi qu’un pamphlet « Procès de l'Italie » (1939),
ce dernier ouvrage sera mis au pilon par le gouvernement de Vichy.

École de Guerre en 1932. Correspondant de guerre au Maroc en 1933 et en Espagne en 1937, il est correspondant du 2ème Bureau et les renseignements qu'il transmet lui valent la Légion d'honneur à titre militaire en 1938.

Affecté à l'Etat-Major du 23ème corps d'armée en avril 1940, cité à l'ordre de la brigade en juin 1940, démobilisé le 27 juillet il se retire à Berry-Bouy (Cher) procurant des faux papiers aux uns et aidant les autres à passer la ligne de démarcation.


Il entre dans l'Armée secrète fin 1940 et devient l'agent Villars dans le réseau Cohors-Asturie.
Il assure les fonctions de chef du 2ème bureau de « Libération Nord ».
En octobre 1942 il crée le réseau de renseignement "Eleuthère" (419 agents recensés)
qu'il dirige jusqu'à son arrestation.



Il tient à jour l'ordre de bataille allemand en France et ses renseignements permettent en particulier
la destruction par la RAF de la panzerdivision SS Hohenstaufen à Mailly le Camp dans la nuit du 4 au 5 mai 1944, écartant cette menace avant le débarquement du 6 juin.



En 1943, il devient le représentant du Bureau Central de Renseignements et d'Action (BCRA)
au Comité Militaire d'Action (COMAC) des Forces françaises de l'intérieur (FFI).
En 1944, il prend, à la demande du futur Maréchal Koenig, la direction du 2ème bureau des FFI.

Arrêté le 26 juin 1944, incarcéré à Fresnes, il est torturé par la Gestapo rue des Saussaies mais ne livre aucune information. Déporté le 15 août 1944 dans le dernier convoi de prisonniers « politiques », d'abord à Buchenwald, puis à Dora, il meurt à Ellrich le 25 janvier 1945.

Mort pour la France, cité à l'ordre de la division le 21 novembre 1944,
promu lieutenant-colonel à titre posthume le 24 août 1948.
auto
  Officier de la Légion d'honneur
Croix de Guerre 1914-1918 (2 étoiles de bronze),
Croix du combattant volontaire,
Médaille de Verdun,
Croix de Guerre 1939-1945 (1 étoile de bronze, 1 étoile d'argent),
Médaille de la Résistance avec rosette.
Distinguished Service Order.
Paris 7, quai Voltaire
plaque Bourges

PARIS, Panthéon

ICI SONT ENFERMÉS LES HOMMAGES RENDUS
LE 2 JUILLET 1949 AUX ÉCRIVAINS MORTS POUR LA FRANCE
PENDANT LA GUERRE 1939-1945
Deux panneaux portent les 199 noms.
Ils distinguent les écrivains morts aux champ d'honneur (36),
ceux morts pour la France (157
de ceux morts sous les drapeaux (6).

Écrivains morts pour la France

·  Berty Albrecht
·  E. Aliatini
·  Jacques Ancel
·  Marguerite Aron
·  André Arnyvelde
·  Jacques Arthuys
·  Georges Ascoli
·  Georges Aymes ......

·  Robert Cru
·  F. Cuzin
·  J. Dalem
·  G. Daumas
·  Jacques Decour
·  Louis Delaporte
·  Jean Desbordes
·  Robert Desnos ......

·  Roger Issanchou
·  Emmanuel Jacob
·  Max Jacob
·  Jean Jausion
·  Adolphe Javal
·  Hubert de Lagarde
·  R.P. Dom Lambert
·  Maurice Langlois ......

GOUVERNEMENT PROVISOIRE DE LA REPUBLIQUE
PRESIDENCE DU CONSEIL
D.G.E.R.
au Commandant de Lagarde
CITATION
Ancien Officier de chasseurs à pied. Résistant de la première heure.

Créateur et Chef incomparable d'un réseau de renseignements en territoire occupé par l'ennemi.
Organisateur d'une intelligence, d'une culture et d'un courage hors de pair,
ayant forcé l'admiration de ses adversaires eux -mêmes.

A fourni des travaux remarquables, aboutissant entre autres, à la destruction de la quasi totalité de la Division SS Hohenstauffen en mai 1944 à Mailly le Camp.

Traqué par la Gestapo, condamné à mort par contumace par les tribunaux militaires allemands, a poursuivi au milieu des pires difficultés son travail avec une énergie indomptable et un mépris total du danger, acceptant notamment, de hautes fonctions qui le désignaient tout particulièrement aux coups de l'ennemi, auquel il a tenu tête au cours d'un combat obscur et acharné pendant de nombreux mois ; réussissant même à faire assurer par son service la mise en sécurité d'une partie des membres de la famille du Président du gouvernement Provisoire, à une époque extrêmement dure.

Peut être compté comme un des plus purs artisans du succès des Débarquements Alliés en France et de la libération du Territoire National.

Arrêté le 26 juin 1944 par la police ennemie, a opposé, malgré de terribles tortures un silence hautain à ses interrogateurs
sauvant ainsi la vie de tous ses agents, dont il était adoré.

Déporté en Allemagne, mort pour la France le 25 janvier 1945 d'épuisement et de famine au camp d'extermination d'Ellrich en répétant sa confiance dans la France et sa satisfaction d'avoir accompli son devoir d'Officier.

Héros de la lignée d'un Chevalier d'Assas, à citer en exemple aux futures générations d'Officiers et à ses chers Chasseurs.
le 25 juin 1945
DEWAVRIN (Colonel Passy)